Partager :

Power BI

Avec Power BI, Microsoft propose une solution de visualisation de données à des fins décisionnelles. L'objectif est de créer des tableaux de bord et rapports puis de les partager à des groupes de travail pour que l'information décisionnelle permette d'agir tout de suite !

Infeeny - Bénéfice n°1 repensez votre appliction

Une solution complète pour créer des tableaux de bord et des rapports

Infeeny - Bénéfice n°2 au cœur de votre transformation digitale

Un intégration naturelle dans le Cloud Office 365 pour un vrai partage de l'information décisionnelle

Infeeny - Bénéfice n°3 au cœur de votre transformation digitale

Un complément indispensable pour une plate forme décisionnelle d'entreprise

Les Instants Infeeny : Découvrez Power BI pour votre pilotage collaboratif

Echange Infeeny autour de la solution Microsoft Power BI qui permet de faire des tableaux de bord et reporting et de les partager aux équipes via Office 365. La video présente également les possibilités de projections de l’analyse de données dans le futur au travers d’algorithmes.

Comprendre Power BI

Power BI, ou comment redonner de la puissance à vos données.

Dans sa démarche de démocratisation de la donnée en général et du décisionnel en particulier, la firme de Redmond a imaginé la suite Power BI. Au début « cantonné » à Excel, Power BI a pris son indépendance, profitant de mises à jour très rapprochées. Cette suite d’outils qui permet d’analyser des données externes et internes à l’entreprise et de partager ces informations met le décisionnel à la portée de tous.

Microsoft PowerBi, véritable révolution dans le self-service décisionnel, a été distillée par lots :
– Il y a eu, tout d’abord, l’avènement de Power Pivot ou comment créer son Cube en quelques étapes tout en s’affranchissant du côté rébarbatif de SSAS.
– Ensuite, Microsoft a imaginé Power Query, l’outil d’intégration de données aux sources multiples et hétérogènes parce qu’il faut bien nourrir son Cube avec de la Data.
– Enfin, avec les données à disposition et la couche d’analyse mise en place, il ne restait plus qu’à naviguer et c’est là qu’entre en scène Power View, outil de reporting dynamique par excellence. Simple à manipuler et parfaitement intégrable à Excel ou encore SharePoint, il a rapidement remplacé Report Builder dans le cœur des utilisateurs non techniques.

Pour l’histoire, Power BI a tout d’abord était associée à Office Excel via des add-ins gratuits. Une fois entrée dans les habitudes des utilisateurs, la suite s’est émancipée et se décline désormais en :

– Power BI Desktop : outil client pour la construction des tableaux de bords (dashboards) de A à Z

– Power BI Service : plateforme collaborative de consultation / partage des tableaux de bords (dashboards)

– Power BI Gateway : outil de sécurisation de vos données dans le contexte On-premise / Cloud

Microsoft Power BI a pour objectif principal de faciliter la création de tableaux de bords et de rapports et de profiter pleinement des moyens de communications et de collaboration présents dans Office 365.  Le but est donc de collecter, structurer, explorer les données, de définir des indicateurs puis de faire une présentation cohérente, animée, interactive et partagée via le cloud office 365 ce qui va permettre une réelle prise de décision en équipe.

Nous tenons à votre disposition la présentation détaillée de notre offre d’accompagnement autour du décisionnel ainsi que nos références. Si vous souhaitez approfondir l’intéret de Power Bi et plus généralement du décisionnel Microsoft pour votre entreprise, n’hésitez pas à nous contacter

Vous souhaitez nous rencontrer pour du conseil, un projet, une formation ?

Transcription de l’interview vidéo
Les Instants Infeeny : Power BI

Hubert de Charnacé, Président Infeeny & Sébastien Madar, Directeur de la Practice Data Experience

Hubert : Bonjour Sébastien

Hubert : Bonjour Hubert

Hubert : Dans le domaine du décisionnel et de la donnée, domaine dans lequel tu interviens, et dans l’offre de Microsoft, un des produits qui montre qu’il a de plus en plus d’importance c’est Power BI. J’aimerais bien qu’on en parle et qu’on essaie de comprendre ce que fait Power BI, son intérêt et comment il se situe dans la logique de Microsoft.

Sébastien : Donc Power BI, en fait, c’est né un petit peu d’une réalité. C’est déjà le besoin pour beaucoup d’entreprises de trouver des outils d’aide à la décision pour mieux piloter leur activité et pour pouvoir trouver des outils qui vont les aider à mieux interpréter leurs chiffres, leurs courbes, leurs tendances afin d’amener de meilleures projections, de meilleures simulations pour mieux comprendre. Avoir un petit peu un phare pour avoir un meilleur pilotage. Donc chaque entreprise a besoin de ce pilotage, nous en premier, et Power BI va aider ces utilisateurs-là à mieux cerner leurs besoins. Alors dans la famille des outils Microsoft, Power BI n’est pas un nouveau-né. Il y avait déjà d’autres outils BI qui existaient. Mais depuis l’avènement d’Office 365 et cette volonté de mettre en place des outils collaboratifs et de partage, Power BI, un peu né dans ce contexte-là, permet facilement de faire de la BI collaborative et de partager ses Dashboards entre plusieurs personnes. Et donc ça nous aide beaucoup.

Hubert : Tu dis Dashboard. Donc c’est une possibilité de présenter les chiffres d’une entreprise. Quelque chose de visuel, de dynamique… Est-ce que c’est adapté à Power BI ?

Sébastien : C’est vraiment pour présenter facilement et avoir un système un peu « Look and Feel » pour les utilisateurs qui sont dans Office et qui utilisent tous les jours des outils bureautiques. De retrouver un peu de philosophie dans un outil, un concepteur qui s’appelle le « Power BI Desktop » où on a un petit peu l’impression d’être dans Excel. Donc chaque utilisateur va pouvoir lui-même, et simplement, créer avec des « Glisser/Déposer » avec une boîte à outils, dans l’esprit Microsoft, pouvoir mettre en place ses tableaux de bord facilement.

Hubert : Est-ce qu’il y a une différence quand même par rapport à Excel ? Parce que Excel ça peut être compliqué, c’est un outil extrêmement puissant dans lequel on manipule de la donnée mais parfois quand on veut partager cette information à d’autres on cherche à faire du simple, du percutant…

Sébastien : C’est-à-dire que là, c’est vrai qu’on reste déjà cantonné sur la création d’un tableau de bord. Excel c’est un tableur qui permet de faire plus de choses…

Hubert : On se concentre sur la partie tableau de bord qui existait dans Excel et qui maintenant est dans un outil.

Sébastien : Voilà, il y a toute une palette de composants préfabriqués et de composants graphiques qu’il y a dans Excel mais qui est plus facile d’utilisation pour faire un tableau de bord dans Power BI. Après pour la publication et le partage de documents dans Excel on reste, on travaille en local, alors qu’avec Power BI, derrière, il y a un pendant « Online » de Power BI qui est un « Power BI Online » et qui permet, après, d’avoir un portail tout fait… un portail collaboratif dans lequel on vient déposer, pas ses classeurs mais on peut aussi déposer des classeurs. On peut déposer ses tableaux de bord, les partager et tout le monde vient consulter, dans un espace de travail, tous ces tableaux de bord.

Hubert : Donc on a une version sur son ordinateur pour concevoir et après on va les publier sur powerbi.com donc dans cette logique des outils Online qui sont dans Office 365. Et donc là on va avoir une démarche de collaboration. C’est-à-dire qu’on va publier de l’information à un ensemble de personnes, qui ont des droits…

Sébastien : Voilà c’est ce qu’on appelle des « Groupes » au sens Office 365, qui sont créés au niveau d’Office 365 et c’est ce qui fait que derrière les membres de ce Groupe vont facilement pouvoir collaborer, échanger autour de ces rapports.

Hubert : Et ils ont le droit d’y accéder ? C’est-à-dire qu’il y a une bonne gestion de la sécurité de l’information ?

Sébastien : Tout à fait, c’est très sécurisé parce que ce sont quand même des chiffres assez stratégiques de l’entreprise. Donc il y a toute une sécurité derrière qui permet à partir des comptes de Active Directory d’avoir une bonne sécurité.

Hubert : Très bien, mais écoute, donc ça serait pas mal de voir

Sébastien : Et bien si tu veux je peux te montrer, te faire une petite démonstration et voir comment ça marche.

Hubert : Allons-y

Sébastien : Oui donc ce que je vais te montrer c’est un petit exemple d’analyse des charges d’une entreprise. Donc là c’est un tableau de bord qui représente ça. Donc derrière, ici on a… le but c’est de pouvoir savoir par année, par mois. Comparer la consommation qui a été faite, la comparer au budget et donc on a ici une courbe qui permet de le faire…

Hubert : On est sur powerbi.com ?

Sébastien : Oui donc là on est sur powerbi.com, sur le portail en ligne, donc tout le monde peut, qui a les droits pour se connecter à un lien, avoir ce tableau de bord en ligne.
Donc de pouvoir voir également par poste de dépense ce que ça représente, par service de l’entreprise, par secteur géographique et puis d’avoir plus de détails justement sur la consommation, le budget et puis ce que cela représente aussi par rapport au total. Donc ici sur ce powerbi.com je vais te montrer par exemple aussi une petite… il y a un peu d’intelligence artificielle, il y a un petit moteur de recherche où on peut poser des questions qui s’appelle « Q&A » et par exemple je veux avoir la consommation. Donc automatiquement il va me sortir la consommation totale, ce que ça représente.

Hubert : Tu poses des questions, elle est capable de te répondre ?

Sébastien :  Voilà, on pose des questions, je veux la consommation par service et il me ressort la consommation par service et automatiquement il me sort à la volée un graphique correspondant. Donc ça, c’est un petit peu l’intelligence artificielle qui a été mise ici.

Si je reviens sur le tableau de bord donc il y a bien sûr toute une… donc je vais mettre en… on peut mettre en plein écran, ici, directement ou rebasculer comme ceci. Donc tout est interactif et dès que je veux filtrer, par exemple, les charges qui sont les impôts, je vais avoir les chiffres concernant les impôts. Si je veux mettre les primes, j’ai les charges des primes. Si je veux filtrer sur un autre service de l’entreprise… Donc tout va se réactualiser en temps réel. Ce que je vais te montrer maintenant… Là on est dans powerbi.com, donc si je reviens là, je me retrouve ici, vraiment en ligne, et j’ai les données qui sont actualisées à jour. Je vais te montrer comment on a pu concevoir ce tableau de bord, donc passer un petit peu en mode édition, avec un outil qui s’appelle « Power BI Desktop ». Donc c’est ce que je vais te montrer tout de suite. Donc le Power BI Desktop c’est un client qui s’installe un peu comme un Excel dans lequel, ici, je te montre l’outil de conception qui a permis de créer des rapports. Donc là je suis en mode édition et je peux aller changer ma représentation graphique.

Hubert : Là on est reparti sur la visualisation qu’on avait tout à l’heure mais on est en mode « Edition » et on peut la faire évoluer…

Sébastien : Et on peut l’utiliser aussi en local comme j’aurais pu le faire aussi directement, pouvoir directement faire de l’analyse, pouvoir faire de la navigation au sein d’un rapport. Par exemple, ici, j’ai des informations de consommation que je descends dans ma navigation. Je fais ce qu’on appelle un « Drill/Down ». Je peux directement aller voir le détail. Par exemple si je fais « revoir les enregistrements », je vais voir le détail de consommation pour une ville en particulier et je peux essayer d’analyser plus finement et faire de l’analyse un peu plus avancée.

Hubert :  Tu es utilisateur de ce que tu as créé et en même temps tu as toute la capacité de le designer ?

Sébastien : Voilà, tout à fait. Donc les filtres, après, on retrouve la même chose bien sûre. Ce que je voyais tout à l’heure dans le tableau de bord, je peux le refaire en mode édition. Que ce soit les filtres ici ou là. Mais je peux aussi aller plus loin dans l’édition parce que si j’ai envie de personnaliser et faire plus de mise en forme je peux aller choisir par exemple des thèmes, importer des thèmes pour changer les couleurs… Donc si je prends ce thème là, ça va changer les couleurs. Si je veux revenir en arrière, donc là je fais « Close », je peux revenir en arrière. Je peux aller… Il y a une boite sur le petit pinceau, ici, qui permet d’aller un peu tout personnaliser un peu comme un Photoshop intégré à l’outil.

Hubert :  Parce que ce n’est pas le tout d’avoir des données, il faut que ça soit agréable dans la lecture. Surtout si elles sont partagées à d’autres ?

Sébastien : Que cela soit, tout à fait… qu’on ait une visualisation, une ergonomie qui soit un design sympa. Voilà, donc ça c’est pour la partie édition et personnalisation. Il y a également un store à l’intérieur qui permet d’aller chercher des composants étendus parce que les composants que j’utilise sont dans la boîte à outils qui est à droite. Mais parfois il peut très bien y en avoir… on va se dire « Tiens je voudrais faire un nuage de points un peu plus évolué » donc ça nous propose un peu une bibliothèque de composants étendus que des sociétés développent, qui sont spécialisées là-dedans développent. Donc là on en trouve pas mal et ça peut aller vraiment très loin pour faire des choses très jolies. Voilà donc, ici, on peut trouver ça à l’intérieur. Voilà pour la partie un peu édition. Je ne vais pas rentrer trop dans le détail mais je pourrais te montrer ça plus en détail parce que c’est un peu ouvert à tous les utilisateurs qui font de l’analyse de données. Des utilisateurs qui sont dans Excel et qui font des graphiques. Ils peuvent l’utiliser. On peut aussi dans l’édition faire travailler pour des appareils mobiles. Je dirais que je peux très bien demander d’aller… dire, pour un téléphone par exemple, je voudrais intégrer mes composants. Donc je peux aller les chercher pour qu’ils soient ensuite visibles sur un smartphone par exemple. Donc je peux avoir ce mode de conception pour les reconnaître.

Hubert : Et c’est ce que l’on n’a pas dit tout à l’heure. C’est le fait qu’effectivement il y a une volonté que Power BI soit lisible sur tous les types de devices donc les smartphones et qu’il y a aussi effectivement une logique de présentation de la donnée adaptée au type de terminal.

Sébastien : Tout à fait.

Hubert : Très bien. Ecoute ce qui serait intéressant c’est de pouvoir regarder comment ça se conçoit. Est-ce que l’on pourrait sur un des tableaux, sur ton tableau de bord, créer un des composants ? Mais avant j’aimerais bien que tu m’expliques comment on voit la donnée. Pour présenter toutes ces informations il faut avoir des données et il faut y accéder. Comment ça se visualise ? Quelle est la partie de Power BI sur la partie données ?

Sébastien : En fait cette page du tableau de bord s’appuie, derrière, sur ce qu’on appelle un modèle qu’on peut voir ici sous une représentation de tables et de relations. Et ce modèle, lui, il s’appuie soit sur le système d’information, sur des données qu’on va extraire, qu’on va collecter, qu’on va intégrer au modèle, soit sur un système d’information décisionnel existant et c’est grâce à ces tables qui sont reliées entre elles qu’on peut, nous, créer le tableau de bord.

Hubert : Donc là tu peux enrichir ? Tu vois les données auxquelles Power BI est connecté ? Tu peux déjà les enrichir ?

Sébastien : Et bien si je fais « Edit/Query » par exemple je peux, ici, voir les données sur lesquelles je me suis connecté et faire tout un tas de transformations. Donc je ne vais pas rentrer dans le détail mais on peut faire tout un tas de transformations avec l’outil.

Hubert : On a vraiment de la puissance de ce côté-là pour manipuler la donnée. Est-ce qu’on pourrait essayer de faire un composant ?

Sébastien : Alors ici, si on regarde pour fabriquer un composant, je peux directement créer par exemple une nouvelle page. Je pars de rien. Derrière, si je veux reprendre mes postes de dépenses, je peux aller faire un « Glisser/Déposer » de mes postes de dépenses. Prendre ici une information d’un indicateur que je veux associer au poste. Je vais par exemple prendre la consommation et dire, ici, un peu comme j’ai fait tout à l’heure, je peux dire soit je veux un camembert par exemple, soit je veux un « chart ». Et là j’ai les informations liées à tous mes postes de dépenses. C’est vrai que tu remarques ici que ce n’est pas très lisible. Donc on peut aussi aller plus loin dans la construction. De dire par exemple, pour les postes je veux voir le top 5 de mes postes, le « Top N ». Donc je vais dire « 5 ». Et je lui dis de lier à la consommation donc je peux voir tout. Donc je fais « Apply » et il me donne le Top 5.

Hubert : Donc là effectivement tu as simplifié le côté visuel et tu as utilisé un indicateur calculé ?

Sébastien : Alors là, ici, celui-là il a été précalculé mais je peux te montrer aussi comment on en calcule.

Hubert: Voilà parce que je vois, là, effectivement qu’il a est calculé. Donc ce qui est effectivement intéressant c’est que tu es capable d’agréger des données, de faire des calculs et d’utiliser un indicateur que tu présenteras.

Sébastien : Voilà. Donc là je peux très bien dire ici, je crée un nouvel indicateur, qu’on appelle une mesure, dans lequel ici on a une liste, une bibliothèque d’indicateurs pré… des template on va dire, des modèles, pour nous aider à en faire. Et ici je peux aller choisir. Par exemple si j’ai envie de l’augmentation mensuelle, de connaître un peu le pourcentage « Augmentation », je vais choisir. Donc là il me dit pour la consommation je veux savoir sur… Alors il me demande « quel est le champ Date ? ». Il n’y a plus qu’à aller le renseigner ici. Je vais dire que c’est le champ qui s’appelle « Date ». Je vais faire « Ok ». Et là je viens de créer un nouvel indicateur que je peux renommer « Augmentation mensuelle » par exemple.

Hubert : Tu as relié la consommation, une notion de charge, à du temps dans ce calcul ?

Sébastien : A ce moment-là, ce que je vais faire ici, je vais positionner ce nouvel indicateur ici mais je vais rajouter des informations liées à l’axe temps. Donc par exemple les dates. Alors je vais enlever les jours parce qu’il va y en avoir beaucoup. Et je vais mettre ça sous forme d’un tableau pour qu’on puisse voir un petit peu les informations d’évolution. Et là il va me donner le nouvel indicateur que j’ai calculé avec le pourcentage d’augmentation mensuel. Alors ce qu’il y a de bien c’est que tout est lié. C’est-à-dire qu’à chaque fois que je vais filtrer, ici, un poste de dépense, les données à droite changent. Pourquoi ? Parce que dans mon modèle les informations entre dépenses, le calendrier et les postes de dépenses sont reliées. Donc les graphiques sont interconnectés grâce à ça. Tout le travail finalement est fait en amont dans le modèle.

Hubert : On essaie de travailler la donnée en amont et d’avoir des indicateurs calculés, des mesures calculées. Et puis on peut même améliorer la présentation. C’est ce que je disais tout à l’heure. Il y avait trop de données donc tu en as éliminées. Donc on a une souplesse à tous les niveaux pour représenter la donnée.

Sébastien : Tout à fait. Donc là-dessus on peut même aller plus loin dans une analyse plus prédictive, plus explicative. C’est-à-dire que derrière je peux très bien dire que là je vais avoir une courbe à la place ici de cette table. Donc ici, sur ce graphique qui est tracé, je peux très bien analyser, essayer de comprendre aussi pourquoi ça a baissé. Donc l’outil me propose des assistants qui vont m’aider à expliquer, par exemple ici, la baisse et de préparer en fait et d’avoir un moteur intelligent qui va essayer d’analyser et de comprendre pourquoi ici ça a baissé. Par exemple, ici, ce sont de fortes baisses et sur le mois de décembre. Après de comprendre que c’est lié aux salaires aussi, ce sont les charges les plus importantes. Après ce sont les impôts et d’aller plus loin dans l’analyse ici et de savoir quel est le service qui m’a coûté le plus cher. C’est la R&D ici par exemple, voilà. Donc c’est vraiment un outil ici intelligent, un assistant intelligent que je peux utiliser. Je peux également au niveau du graphique faire du prédictif et essayer qu’il nous prédise un petit peu la suite de la courbe. Donc je peux utiliser, faire ce qu’on appelle du « For Cast » en ajoutant ici une nouvelle courbe de prédictif, de « For Cast », et de dire voilà je voudrais analyser ça sur un an. Donc je lui demande un an, de me faire ça en 12 points et 12 points de l’année. « Appliquer ». Et là il est capable de me tracer qu’elle pourrait être un peu la suite de la courbe avec une marge d’erreur qui correspond, ici, à la zone grise donc qui est grande ici, mais au moins on peut avoir ici du prédictif.

Hubert : Donc l’analyse prédictive… Donc c’est assez puissant. On arrive aussi dans des modèles de rêve c’est-à-dire de pouvoir se projeter dans le temps avec une certaine simplicité. Très bien, écoute merci beaucoup. Franchement on a déjà fait un tour rapide. Si on a des questions à poser, si on a des projets ou si l’on veut creuser le sujet de Power BI, on t’appelle, on appelle tes équipes ?

Sébastien : Oui

Hubert : Merci beaucoup. Merci pour cette présentation.

Sébastien : Merci.

Comment démarrer ?

+ de 300 personnes à votre disposition, n'hésitez pas, contactez-nous !
Parlons ensemble de votre objectif et des outils et solutions qui peuvent vous permettre d'y répondre.

Infeeny intervient comme prestataire Microsoft Power BI.
Nous sommes votre partenaire lors de toutes les phases de votre projet Power BI
(conseil & conception, installation, modélisation et réalisation de tableaux de bord, formation)
et plus généralement sur tous vos projets décisionnels.